La Cité des Ténèbres - Les Chasseurs d'Ombres

Ce blog est dédié aux fans de la Cité des Ténèbres (The Mortal Instruments); série de Cassandra Clare. Vous y retrouverez des informations sur les livres, les films ainsi que sur The Infernal Devices, l'autre série de Cassandra Clare



10 août 2011

La scène de manoir (tome 3) - Point de vue de Jace (traduction)

Sur le blog The YA Sisterhood il y a en ce moment un tournoi opposant les héros de différents romans.

Hier Jace affrontait Ash (Les Royaumes Invisibles), Cassandra Clare avait annoncé que si Jace gagnait nous aurions droit à la scène à l'extérieur du manoir dans le tome 3 entre Jace et Clary mais du point de Jace (dans le livre on a le point de vue de Clary). Julie Kagawa (l'auteur des Royaumes Invisibles) avait, elle, promis une scène avec Ash torse-nu ...

Fans de La Cité des Ténèbres réjouissez-vous car c'est Jace qui a gagné !

Une petite explication avant de vous mettre la traduction de cette scène. Il faut savoir que ce que Cassandra Clare avait écrit à l'origine pour cette scène n'avait pas été accepté par son éditeur. Il lui avait été demandé de modifier certaines choses (notamment la mention du soutien-gorge de Clary) qui n'apparaissent pas dans la version finale en VO de l'ouvrage. Cassandra Clare a donc expliqué en postant cette scène tout à l'heure qu'elle avait pris quelques libertés par rapport à l'écriture en changeant de point de vue et qu'elle avait fait en fonction de son premier jet.

La version française de cette scène est également différente car une partie en a été coupée lors de la traduction (voir chez Tess). 

La scène se passe au chapitre 9: Mauvais Sang

s640x480

Illustration Burdge-Bug

Pendant un bref moment d'hébétude, Clary crut qu'il s'était mis à pleuvoir, et comprit qu'il s'agissait en fait d'une pluie de verre et de gravats; les restes du manoir effondré tombaient autour d'eux comme une grêle de balles. Jace se serra contre elle; son coeur battait si fort à ses oreilles qu'il couvrait presque le fracas du manoir qui s'effondrait.


Plus tard, Jace ne se souviendrait que très peu de la destruction du manoir, l'effondrement de la seule maison qu'il ait connu jusqu'à ce qu'il ait 10 ans. Il se souvint seulement de la chute depuis la fenêtre de la bibliothèque, d'avoir roulé sur l'herbe, d'avoir attrapé Clary, de l'avoir plaquée au sol sous lui, la couvrant de son corps alors que des morceaux du manoir pleuvaient autour d'eux comme de la grêle.

Il pouvait sentir sa respiration, les battements de son coeur. Il se souvint alors de son faucon, de la manière aveugle et confiante dont il s'était blottit dans sa main, de la rapidité de ses pulsations cardiaques. Clary le tenait par le devant de sa chemise, bien qu'elle ne l'ait sûrement pas réalisé, le visage contre son épaule. Il avait désespérément peur qu'il n'y ait pas assez de lui, qu'il ne puisse pas la couvrir complètement, qu'il ne puisse pas la protéger totalement. Il imagina des blocs de pierre aussi gros que des éléphants dégringolant le long de la surface rocheuse, prêts à les écraser tous les deux, à l'écraser elle. Le sol frémit sous eux et il se serra plus fort contre elle, comme si cela pouvait aider d'une certaine manière. C'était une pensée magique, il le savait, comme fermer les yeux pour ne pas voir arriver le couteau braqué sur vous.

Le grondement avait disparu. Il réalisa avec surprise qu'il pouvait entendre de nouveau: des petites choses, le bruit des oiseaux, le vent dans les arbres. La voix de Clary, hatetante "Jace ... Je crois que tu as laissé tomber ta stèle quelque part".

Il s'écarta un peu d'elle et la regarda. Elle croisa son regard, dans le clair de lune ses yeux verts auraient pu être noirs. Ses cheveux roux était pleins de poussière, son visage strié de suie. Il pouvait voir le pouls dans sa gorge. Hébété il dit la première chose qui lui vint à l'esprit "Ce n'est pas grave. Tant que tu n'es pas blessée".

"Je vais bien". Elle tendit la main et effleura ses cheveux. Son corps, bourdonnant d'adrénaline lui donna l'impression d'étincelles contre sa peau. "Tu avais un brin d'herbe dans les cheveux" dit-elle. Il y avait de l'inquiétude dans son regard. De l'inquiétude pour lui. Il se souvint de la première fois où il l'avait embrassée, dans la serre, de comment il avait enfin compris que la bouche de quelqu'un contre la votre pouvait vous dénouer et vous laisser la tête qui tourne et à bout de souffle. Que toute l'expérience du monde, que les techniques que vous connaissiez ou aviez apprises disparaissaient quand vous embrassiez la bonne personne.

Ou la mauvaise.

"Tu ne devrais pas me toucher" dit-il

Clary suspendit son geste, la main contre sa joue. "Pourquoi ?"

"Tu sais pourquoi. Tu as vu la même chose que moi n'est-ce pas ? Le passé, l'ange. Nos parents"

Ses yeux s'assombrirent. "J'ai vu"

"Tu sais ce qu'il s'est passé"

"Il s'est passé beaucoup de choses Jace"

"Pas pour moi" Les mots sortirent tels un chuchotement angoissé. "J'ai du sang de démon Clary. Du sang de démon. Tu avais bien compris ça n'est-ce pas ?"

Elle pointa son menton en avant. Il savait combien elle n'aimait pas qu'on puisse sous-entendre qu'elle n'avait pas compris quelque chose, qu'elle ne le sache pas ou qu'elle n'ait pas besoin de le savoir. C'était une facette de son caractère qu'il aimait et ça le rendait fou. "Cela ne veut rien dire. Valentin était dément. Il était juste en train de fulminer ..."

"Et Jocelyne ? Etait-elle folle ? Je sais ce que Valentin essayait de faire. Il essayait de créer des hybrides: ange / humain et démon / humain. Tu es de la première sorte et moi de la dernière. Je suis en partie un monstre. Une part de moi incarne ce que toute ma vie j'ai cherché à détruire".

"Ce n'est pas vrai. ça ne peut pas être vrai. Cela n'a aucun sens".

"ça en a un". Comment ne pouvait-elle pas comprendre ? Cela lui semblait à lui tellement évident. "Cela explique tout"

"Tu veux dire que ça explique que tu sois un Chasseur d'Ombres hors pair, loyal, intrépide, honnête, tout ce qu'un démon n'est pas !"

"Cela explique" dit-il d'une voix atone "ce que je ressens pour toi"

Elle souffla entre ses dents "Qu'entends-tu par là ?"

"Tu es ma soeur" dit-il "Ma soeur, mon sang, ma famille. Je devrais vouloir te protéger" il s'étouffa sur les mots "contre les garçons qui voudraient te faire exactement ce que j'ai envie de te faire".

Il l'entendit son souffle se bloquer. Elle le regardait toujours et bien qu'il se soit attendu à voir de l'horreur dans ses yeux ou du dégoût (parce qu'il ne pensait pas avoir auparavant déclaré si clairement ou maladroitement ce qu'il ressentait) il ne vit rien de la sorte. Il vit seulement de la curiosité, comme si elle était en train d'examiner la carte d'un pays inconnu.

D'un air presque absent elle laissa ses doigts glisser le long de sa joue jusqu'à ses lèvres, traçant les contours de sa bouche avec le bout de son index comme si elle traçait un chemin. Il y avait de l'émerveillement dans son regard. Il sentit son coeur se retourner et son corps, toujours aussi perfide, répondre à son contact.

Il ne put pas s'en empêcher. Il se pencha, ses lèvres effleurant son oreille. "Je pourrais te montrer"

Il la sentit trembler mais malgré le frisson qui parcourut son corps, ses yeux lui lancèrent un challenge. L'adrénaline dans son sang, mélangée au désir et à l'insouciance du désespoir le firent vibrer. Je vais lui montrer pensa-t-il. Une moitié de lui était convaincue qu'elle allait le repousser. Son autre moitié était trop débordante de Clary, de sa proximité et son contact contre lui pour pouvoir penser correctement. "Si tu veux que j'arrête, dis-le moi maintenant" murmura-t-il et quand elle ne dit rien il déposa un baiser au creux de sa tempe. "Ou maintenant" il effleura des lèvres sa pommette: il goûta sa peau, douce, salée, poussière et désir.  "Ou maintenant". Sa bouche se déplaça le long de sa mâchoire et elle se cambra contre lui, le mouvement enfonça ses doigts dans le sol. Sa respiration haletante le rendit fou et il plaça sa bouche contre la sienne pour la calmer, en lui murmurant, en lui disant mais sans que ce soit une question: "Maintenant".

Et il l'embrassa. Doucement au début, sans prendre de risques puis tout d'un coup elle serra les poings à l'arrière de sa chemise et sa douceur fut pressée contre son torse. Il sentit la terre solide céder sous son corps en tombant. Il l'embrassa de la façon dont il avait toujours voulu le faire, avec un abandon sauvage et total, sa langue balayant l'intérieur de sa bouche pour se battre avec la sienne et elle était tout aussi audacieuse que le lui, le goûtant et explorant sa bouche. Il tendit la main vers les boutons de son manteau au moment où elle mordit doucement sa lèvre inférieure et son corps entier tressaillit.

Elle plaça ses mains sur les siennes et pendant un moment il eut peur qu'elle lui demande d'arrêter, que c'était complètement fou, qu'ils se haïraient tous deux le lendemain. Mais: "laisse-moi le faire" dit-elle et il s'immobilisa le temps qu'elle défasse doucement les boutons et que son manteau s'ouvre. Le chemisier qu'elle portait en dessous était délicat et il pouvait voir la forme de son corps au travers; la courbe de ses seins, l'échancrure de sa taille, l'évasement de ses hanches. Il se sentit étourdi. Il avait vu tout cela chez d'autres filles auparavant, bien sûr qu'il l'avait vu, mais cela n'avait jamais eu d'importance.

Et maintenant, plus rien d'autre n'avait d'importance.

Elle leva les bras, la tête renversée en arrière, le suppliant des yeux. "Reviens" chuchota-t-elle. "Embrasse-moi encore".

Il fit un bruit qu'il ne pensait pas avoir déjà fait dans vie et retomba contre elle, en elle, embrassant ses paupières, ses lèvres, sa gorge, son pouls qui battait là. Ses mains se glissèrent sous son chemisier fragile et contre la chaleur de sa peau. Il était presque sûr que tout son sang avait quitté son cerveau quand il essaya maladroitement de détacher son soutien-gorge. C'était ridicule, quel intérêt y avait-il à être un Chasseur d'Ombres et à être bon en tout si c'était pour ne pas être capable de dégrafer un soutien-gorge ? Il entendit sa propre expiration quand il réussit à l'ouvrir et ses mains furent sur son dos nu, ses omoplates à l'allure fragile sous ses mains. Le petit son qu'elle émit à ce moment là fut plus érotique que ne l'avait jamais été la vision d'une autre personne nue.

Ses mains, petites et déterminées tirèrent sur l'ourlet de sa chemise pour la défaire. Il releva son chemisier contre ses côtes car il voulait plus de contact entre leurs peaux. Donc c'est ça la différence pensa-t-il. C'est ça être amoureux. Il s'était toujours targué de sa technique, de son contrôle, de la réponse qu'il incitait. Mais pour cela il fallait de l'évaluation et pour évaluer les choses il fallait une certaine distance. Et là, de la distance il n'y en avait pas. Il voulait que rien ne se mette entre lui et Clary.

De ses mains il trouva la ceinture de son jean, la forme de ses hanches. Il sentit ses doigts sur son dos nu, traçant doucement ses cicatrices. Il n'était pas sûr qu'elle soit consciente de ce qu'elle était en train de faire mais elle roulait ses hanches contre les siennes, le rendant chancelant et lui donnant envie d'aller trop vite. Il se pencha et la pressa plus fermement contre lui, alignant ses hanches contre les siennes et il l'entendit haleter contre sa bouche. Il pensa qu'elle allait s'éloigner mais elle enroula sa jambe autour de lui à la place, le rapprochant entre plus d'elle. Pendant un court instant il eut l'impression qu'il allait s'évanouir.

"Jace" murmura-t-elle. Elle embrassa son cou, sa clavicule. Ses mains étaient sur la taille de Clary, se déplaçant vers sa cage thoracique. Sa peau était incroyablement douce. Elle se releva un peu lorsqu'il glissa les mains sous son soutien-gorge. Elle embrassa la marque en forme d'étoile qui se trouvait sur son épaule. Il s'apprêtait à lui demander si ce qu'il faisait lui allait quand elle s'éloigna brusquement avec une exclamation de surprise.


Jace se figea. "Qu'est-ce qu'il y a ? Je t'ai fait mal ?". "Non c'était ça". Elle toucha la chaîne en argent autour de son cou où pendait un petit cercle de métal. Il avait cogné contre elle quand elle s'était penchée en avant. Elle le regardait fixement à présent. Cet anneau, le métal noirci, le motif en forme d'étoiles ... elle connaissait cette bague. L'anneau des Morgenstern. ce même anneau qui brillait au doigt de Valentin dans le rêve que l'ange leur avait montré. Il en avait fait cadeau à son fils, conformément à la tradition. "Désolé" dit Jace en effleurant sa joue du bout des doigts avec une intensité rêveuse dans le regard. "J'avais oublié que je portais cette fichue bague". Soudain le sang de Clary se glaça dans ses veines. "Jace" implora-t-elle à mi-voix. "Jace, arrête". "Arrête quoi ? C'est cette bague qui te gêne ?". "Non. Ne me touche pas. Arrête-toi une seconde".

 

Ceci est ma traduction, si vous souhaitez en reprendre une partie sur votre site/blog, merci de mettre un lien vers mon blog !

Pour lire la scène en VO, c'est sur le site de Cassandra Clare.

Posté par TmiFrance à 08:00 - La Cité des Ténèbres - The Mortal Instruments - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    très bonne traduction.
    merci !

    Posté par sev, 10 août 2011 à 09:08
  • merci ma choupette, magnifique travail ! J'ai mis un lien vers chez toi, en ne mettant que la moitié de ton texte puis les gens se redirigeront sur ton site pour lire la suite
    bisous et merci !

    Posté par Tess, 10 août 2011 à 12:38
  • super ! ah cette traduction... tu as fait un super boulot !!!

    ce passage est juste waouh <3

    merci

    Posté par Christine, 10 août 2011 à 22:16
  • Merci !

    Mille fois merci tu as égayé ma journée ! Quelle scène fabuleuse !!

    Posté par Andyflo1207, 11 août 2011 à 09:52

Poster un commentaire